Breaker

Parenthèse sur la boucle magnétique, une fonctionnalité des équipements auditifs aussi utile que méconnue

Petite déconvenue à l’étape des essais de mon nouvel appareil auditif : les modèles les plus récents de la marque Resound / Beltone avec laquelle le processeur de mon implant cochléaire est compatible ne sont pas équipés de la boucle à induction magnétique (BIM). Rholala mais c’est très embêtant ça ! Ça signifie que si je veux pouvoir utiliser la BIM, il faut renoncer aux dernières innovations de traitement du son, aux modèles rechargeables… J’essaie donc le modèle Trust, plus ancien, même prix, même design que les nouveaux modèles mais avec à la fois le bluetooth et la boucle, pour bénéficier du complément que m’apporte cette deuxième oreille dans tous les contextes sonores. Mes précédents appareils auditifs comportaient tous ces deux fonctions et j’ai été surprise de découvrir ces arbitrages technologiques du fabricant qui portent préjudice aux usagers.

“Mais quelle est cette histoire de boucle et pourquoi est-ce si important ?”, vous demandez-vous peut-être… J’avoue que le sujet peut sembler nébuleux. Il tient pourtant un rôle essentiel dans la communication des personnes malentendantes. Le temps d’un article, je m’extrais donc du mode récit de ce blog pour une petite parenthèse explicative, en tentant de ne pas jargonner à tout-va.

Quand il y a du bruit, du monde, quand la pièce résonne, il est nécessaire d’isoler le son que l’on veut recevoir

Pour mesurer l’importance de cette fonction “boucle”, il faut d’abord imaginer que même avec un équipement auditif efficace, la compréhension reste difficile dans de nombreuses situations de la vie quotidienne : les ambiances bruyantes, les pièces sonores, les interlocuteurs multiples ou éloignés, les sons enregistrés. Il est intéressant de se connecter directement à la source sonore pour “sélectionner” et “rapprocher” ce que l’on souhaite entendre. L’écoute devient alors infiniment plus confortable et moins fatigante. Cette connectivité peut passer par plusieurs technologies dont les plus répandues sont le bluetooth et la boucle à induction magnétique – qui permettent de recevoir sans fil le son d’un micro, d’une sono, d’un téléphone, d’un ordinateur, d’un téléviseur, etc…

La boucle à induction magnétique permet de se connecter dans tous les lieux équipés

La BIM est le système universel, inscrit dans la loi de 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes en situation de handicap. Celui qui permet de connecter appareils auditifs et implants cochléaires de toutes marques à n’importe quelle source sonore. Dans toutes les salles équipées (réunions, conférences, spectacles, au cinéma, au théâtre…), à l’interphone, dans l’ascenseur, à tous les guichets d’accueil qui se situent dans des espaces bruyants. Vous croisez des BIM tous les jours et de plus en plus. Si, si ! Elles sont signalées par un pictogramme sur fond bleu représentant une oreille barrée et la lettre T. Ce T (pour télébobine ou en anglais telecoil) est le nom du programme à activer sur l’appareil pour recevoir le son par ce biais.

Le bluetooth, c’est pratique aussi

Le Bluetooth est un autre système de connectivité qui permet de nombreux usages individuels. Je l’utilise pour téléphoner, écouter de la musique ou la radio sur mon téléphone. Je pourrais faire la même chose avec la BIM mais trouve le bluetooth pratique pour sa connexion automatique avec le son de mon téléphone. Le mini-mic, mon petit micro déporté, fonctionne aussi en bluetooth. Dans les endroits où le champ magnétique est perturbé par des interférences (dans le train, près d’armoires électriques), il n’est pas possible d’utiliser la BIM ; le bluetooth s’y avère une alternative très utile.

Ces deux technologies sont complémentaires

Il n’y a donc aucune raison d’opposer ces deux technologies et encore moins de devoir en choisir l’une d’entre elles. De mon point de vue, le débat ne concerne pas la technique utilisée mais le fait qu’il soit toujours possible de bénéficier de cet effet d’accessibilité indispensable, partout et tout le temps. Pour que tous les moyens de connectivité soient disponibles, il doit exister des modèles qui comportent à la fois le bluetooth et la BIM. Le parcours d’une personne malentendante est déjà suffisamment semé d’embûches pour ne pas l’assortir d’obstacles techniques évitables. Surtout lorsqu’ils émanent de ceux-là mêmes qui conçoivent des équipements de compensation… Avoir la possibilité d’entendre dans tous les contextes n’a rien d’une lubie superfétatoire, il s’agit simplement d’être à égalité de chances, que ce soit en réunion avec des collègues ou chez soi en pyjama, à regarder un documentaire sur les pandas roux.

Faites savoir autour de vous que ces outils sont à portée d’oreille !

Je rencontre fréquemment dans mes activités associatives des personnes qui, après des années de renoncements à la vie sociale et de difficultés professionnelles, découvrent, ébahies, que ces solutions d’accessibilité existent et fonctionnent. Encore fallait-il le savoir… Et si on en parlait davantage ? Cet enjeu d’information me touche particulièrement. Il est une des finalités des associations de personnes malentendantes. À diffuser largement jusqu’à ce que chaque personne concernée soit au courant de ce qui peut lui faciliter le quotidien.

@solene

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *