Breaker

Oh… du son !

Oh du son - autreoreille.com

Premier chapitre de la deuxième partie de ce blog : l’activation de l’implant. C’était aujourd’hui en début d’après-midi et je n’en suis pas encore remise.

Au départ, un petit thème sonore, le même à différentes fréquences et volumes, est progressivement apparu. Cette première étape permet de régler le processeur pour chacune des 22 électrodes qui se trouvent dans ma cochlée. Puis, c’est parti : implant allumé… Le Dr Poncet me parle et – ouh là là – ses mots me parviennent dans une voix extrêmement artificielle et robotique. Décalage hautement perturbant entre le son et l’image mais résultat magique : je comprends d’emblée presque tout ce qu’elle me dit.

Après les premiers tests suivis d’explications sur les fonctionnalités et sur l’utilisation de tout un sac à dos de matériel (littéralement) qu’on m’a remis avec l’implant, je passe du temps avec l’orthophoniste. Elle me fait écouter des bruits : les touches du clavier de son ordinateur, du papier froissé, ses pas sur le sol, un robinet ouvert… puis elle me fait répéter des listes de mots énoncés dans le désordre et sans possibilité de lire sur ses lèvres. Je répète presque tout sans difficulté. Ces résultats sont a priori très encourageants et rapides. Ouiiii…

Je tente de garder l’implant sur le trajet du retour mais après avoir baissé le volume et la sensibilité des micros dans le métro, je finis par l’enlever dans le train. Dans les salles calmes du centre d’implantation, il m’était possible de discerner certains sons. Là, dans le brouhaha de la ville, ce n’est qu’une symphonie de grésillements. Tous ces bruits d’un seul coup… c’est trop fatigant, j’ai besoin de retourner dans ma bulle !

Les appareils auditifs m’ont longtemps évoqué la sensation d’un interrupteur qui me permettait, chaque matin d’ouvrir une fenêtre sur le monde sonore. Avec l’implant, en partant d’un silence plus profond et avec une récupération sur des fréquences complètement disparues, le contraste est encore plus saisissant.

Je (re)découvre que “tout” fait du bruit ! Des sons, en quantité, reçus sans pouvoir les décoder. Pour l’instant, les voix sont très proches les unes des autres (voix de synthèse, lointaines avec un écho métallique) et les bruits se mélangent dans une palette aiguë de tintements, clapotements, grésillements qui m’est complètement étrangère. Si à ce stade les sons restent assez désagréables et difficiles à interpréter, l’implant me fait déjà renouer avec tout un univers oublié.

Dans les semaines à venir, je devrai le porter seul (sans appareil auditif de l’autre côté) plusieurs heures par jour, être bien attentive à mon environnement sonore et m’entraîner avec des listes de mots et des enregistrements audio. Il est probable que j’aie souvent les yeux écarquillés comme le hibou de cette photo. Les sensations sont très différentes du son perçu avec des appareils auditifs et éloignées de tout ce que j’avais imaginé. Cette première rencontre avec l’implant activé a été déroutante et fascinante. Un petit aperçu motivant qui m’a permis de comprendre un peu mieux l’aventure qui m’attend et d’en prendre la mesure ! Waaa…

 

Photo by Hans Veth on Unsplash

@solene

3 thoughts on “Oh… du son !

  • Antoine

    Bonjour Solène,
    J’ai eu connaissance de ton blog par Yann Griset. Je me permets de te tutoyer si tu es d’accord.
    Alors je m’appelle Antoine et viens de me faire poser un implant cochléaire à droite (oreille sourde depuis 2001) car l’audition de la gauche diminue sans qu’on puisse rien y faire. J’en suis juste à la phase ablation des fils dans 2 jours.
    Je vais continuer à te suivre et c’est cool car on se sent moins seul.
    A bientôt
    Antoine

    • @solene

      Bonjour Antoine,
      merci pour ton commentaire et au plaisir d’avoir des nouvelles de ton expérience d’implantation cochléaire !

  • BETTINA GERONAZZO

    bonjour moi j ai l oreille droite sourde depuis toute petite ,l oreille gauche 50 pour cent depuis janvier .En juillet ont ma fait un implant oticon enfin c est super comme dit on se sent moins seule merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *