Breaker

Des journées dans ma bulle

Des journées dans ma bulle - autreoreille.com

Depuis l’opération, je passe l’essentiel de mon temps à dormir et à lire. Les interactions sont complexes :  avec ou sans aides techniques, les restes auditifs d’une seule oreille ne me permettent que difficilement de suivre une conversation. Je perçois faiblement la parole mais son sens m’échappe. Même en m’y étant préparée, c’est perturbant…

Tout le son perçu provient désormais de mon oreille gauche. Mes repères spatiaux s’en trouvent chamboulés. Dans la rue, le presque silence au milieu de l’agitation crée un décalage troublant qui me donne une impression d’irréalité : j’observe une scène silencieuse dont je n’ai pas la sensation de faire partie.

Ce « presque silence » va durer quelques semaines, le temps que l’oreille cicatrise, avant l’activation de l’implant cochléaire prévue le 30 avril. En attendant, il y a l’écrit, les messages échangés avec mes proches et leur patience (exemplaire !) quand on se voit.

Les acouphènes, vertiges et petites douleurs s’estompent. Mon crâne est encore sensible. Sous mes doigts, je devine ses nouvelles aspérités et suis encore déconcertée par l’absence d’appareil auditif de ce côté. Ce petit objet, devenu inutile, ne m’a pas quittée et m’a permis de communiquer pendant 15 ans… Je l’ai contemplé, au fond de la boîte étiquetée à mon nom dans laquelle on me l’a rendu à l’hôpital. L’image m’a marquée. Peut-être symbolise-t-elle la fin programmée de mon audition « naturelle » et une page qui se tourne vers autre chose.

 

Photo by Janko Ferlič on Unsplash

@solene

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *