Breaker

Sur le tournage du documentaire « L’entre-deux mondes des devenus sourds » ✨

Tournage du documentaire "L'entre-deux monde des devenus sourds"

Toute une équipe, embarquée par la réalisatrice Fanny Germain, s’est lancée dans un projet de documentaire : « L’entre-deux mondes des devenus sourds ». Si, si, vraiment ! Quelqu’un souhaite faire découvrir ce sujet. Un récit fait d’histoires croisées, une ode au son, loin des clichés associés à la surdité… bref une aventure particulièrement prometteuse à laquelle j’ai eu le plaisir de contribuer !

Fanny a découvert la surdité complètement par hasard, en rencontrant Jérôme, audioprothésiste devenu sourd. Le sujet l’interpelle. Elle démarre alors un travail d’enquête et c’est au fil de ses démarches que nous nous sommes rencontrées l’été dernier.

Son imprégnation du sujet m’épate. Elle décrit les problématiques rencontrées par les personnes devenues sourdes avec des mots qui me touchent. On discute pendant des heures. Quand on se revoit quelques mois plus tard, le projet a pris forme et il se pourrait bien que je fasse partie des protagonistes de ce film.

Je travaille certes dans la communication mais ça n’est pas pour autant que je me sens comme un poisson dans l’eau devant une caméra. Ce n’est pas un hasard, si je m’adresse à vous dans ce blog et pas sur une chaîne vidéo : je suis un oiseau d’écrit. Je partage mon vécu en prenant le temps de choisir mes mots, tranquillement, installée devant mon écran, café fumant sur la table basse et chat ronronnant sur les genoux. Je ne me sens pas (d’accord : pas du tout) aussi à l’aise face à un objectif.

Mais cette fois-ci, j’ai senti qu’il fallait faire une exception et accepter de sortir de ma zone de confort et de mon canapé. Le projet est inédit et cette rencontre m’a convaincue. Je vois Fanny prête à faire découvrir le monde sonore des devenus sourds, d’une manière sensible mais sans pathos, avec délicatesse et humour : 52 minutes de documentaire pour en proposer une découverte à ceux qui ne le connaissent pas et pour faire écho à ceux qui le vivent tous les jours. J’ai donc rejoint avec plaisir et confiance dans l’aventure de ce film, (très) contente que quelqu’un d’aussi talentueux s’empare de ce thème !

Le tournage a été une expérience passionnante. Au bout de quelques heures, je me suis habituée aux caméras et puis je me suis laissée portée par cet exercice atypique. Mon entourage s’est aussi prêté au jeu.

La star de ce film, c’est le son. La perception auditive, les sensations sonores. Celles qu’on perd. Celles qui sont devenues désagréables. Celles qu’on retrouve parfois. Les moments de silence, angoissants ou appréciés. Comme lors d’une séquence tournée dans l’eau (photo ci-dessus et article), sur la côte bretonne. Combinaison indispensable pour cette baignade au mois de mai !

Je vous vois d’ici me demander quand on pourra voir tout ça… Pas tout de suite car il reste beaucoup d’étapes, de tournage avec les autres protagonistes et de montage avant une diffusion en fin d’année sur France 3 Bretagne et en replay.

 

Photo : Fanny Germain

 

@solene

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *