Breaker

Pépin #1

Pepin numéro 1_- Blog autre oreille, autres sons

Lors d’un petit accident de la circulation, mon processeur a exécuté un vol plané, percutant le tableau de bord de la voiture. C’était il y a environ 2 mois et je retrouve enfin, depuis hier, la même perception sonore qu’avant cette mésaventure.

Après la disparition des vertiges et acouphènes dus au choc, je remarque des variations épisodiques du volume perçu par l’oreille implantée. Une sorte de bruit de ventilation par phases de quelques secondes à quelques minutes…  sensation déstabilisante ! 

Malgré le remplacement (au cas où) du câble d’antenne et de la protection des micros, la gêne sonore persiste et s’intensifie. Le service “patients” de Cochlear propose de me renvoyer un processeur puis de récupérer le mien. Je suis alors en Belgique pour quelques jours. Qu’à cela ne tienne, il voyagera entre Toulouse et Bruxelles. 

Quelques jours d’impatience plus tard, le processeur est là. Dans l’intervalle, les vrombissements se sont rapprochés au point de devenir un bruit de fond permanent. L’idée qu’il puisse provenir de la partie interne me préoccupe. Instant crucial donc, quand je déballe le mini colis, intervertis les processeurs et replace l’aimant sur ma tête : ça a l’air de fonctionner, le son est tout de suite plus clair et stable… Et l’angoisse se dissipe ! 

De retour à Rennes, je glisse scrupuleusement mon processeur dans la boîte aux lettres après avoir vérifié plusieurs fois que la languette de l’enveloppe ne risque pas de se rouvrir en chemin. 

Alors que je prends de ses nouvelles quelques semaines plus tard, le fabricant m’apprend qu’un échange standard du matériel a été effectué. J’avais imaginé qu’il serait réparé et reste quand même curieuse d’en savoir plus sur cette mystérieuse panne. 

Mon oreille droite est donc équipée d’un processeur flambant neuf. Son inconvénient tout au long de ce mois de janvier : il ne comportait pas les réglages les plus récents. J’ai oublié d’apporter une clé USB lors de mon dernier rendez-vous au centre d’implantation, n’ai pas pensé ensuite à les solliciter par e-mail et cette étape du récit se déroule entre Noël et le Nouvel an – semaine de pause pour le centre d’implantation (pour moi aussi d’ailleurs) – qui n’a pas pu transmettre les données à temps. Ce concours de circonstances m’a convaincue de l’importance d’enregistrer désormais ces fichiers sur un ordinateur, un disque externe, une clé USB, un cloud et de me les envoyer par e-mail !

Ces deux derniers mois ont été compliqués, fatigants et il m’a fallu accepter de faire un pas en arrière après des mois de progression continue. Hier, j’avais rendez-vous au centre d’implantation. L’audioprothésiste a actualisé mes réglages et la médecin ORL m’a rassurée concernant la partie interne de l’implant. Cette étape a marqué la fin de ces tribulations et le début d’un nouvel épisode sonore, commencé dans le tintamarre des éclats de voix et des bruits de la circulation par un café sur une terrasse parisienne ensoleillée 🙂

Photo by Stephane YAICH on Unsplash

@solene

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *